L’entretien (texte bizarre)

Je sors tout juste d’un entretien… plus ou moins raté. D’où le choix de ce texte, histoire de retrouver le sourire…

Dalmatien0001

L’entretien

Le téléphone sonne. « Vous êtes toujours disponible? ». Bref, j’ai décroché un entretien. Yeahhhh.

Pourtant le téléphone ne sonnera plus. Tu parles d’une élite. Vous aurez le choix, un champ infini de possibles, bla bla bla. Le téléphone obstinément se tait.

Dans la salle d’attente, je jauge mes concurrents. Je me répète que je suis la meilleure. Je suis la meilleure. Difficile de m’en persuader quand je jette un regard de biais au CV de mon voisin. J’essaie de me rassurer. Mais oui, j’ai une valeur ajoutée de ouf à leur apporter. Je pianote sur mon smartphone, j’envoie des émoticônes crispés – et aussi certains dégobillant, la classe, grave – à mes potes. Une jeune femme a une araignée dans les cheveux. Je tente de me détendre. Je plisse le nez. Je fronce les sourcils. Pas très efficace. La chance de ma vie. Le marché de l’emploi vous accueillera les bras ouverts, qu’ils disaient. Ils n’attendent que vous pour prospérer, accumuler les bénéfices etc. A vrai dire, je me demande si le clown avalé tôt ce matin était frais. J’ai vaguement la nausée. Mais l’araignée est bien vivante. Mon ventre se remet en place.

On vient me chercher.

« Présentez-vous ».

La galère. C’était soit ça, soit « présentez-nous votre parcours ». J’aurais préféré la seconde. Alors je redis mon nom, bêtement. J’ânonne des inepties.

Marketeuse de formation, je me transforme tour à tour en jeune femme ambitieuse et dynamique, en exécutante proactive, en athlète de niveau communal, en amoureuse des causes nobles. Je perds définitivement pieds à leurs yeux quand j’évoque les petites figurines que je confectionne en pâte Fimo: le lapin violet avec sa carotte qui trône fièrement dans la vitrine de maman est pourtant ma plus belle réussite.

Un des membres du jury, monsieur Humin, le DRH je crois, caresse distraitement un dalmatien. J’aurais du y penser.

Ils m’ont mollement remercié de leur avoir fait l’honneur de me déplacer.

J’ai finalement raté mon entretien. Vous savez, quand vous trouvez une enveloppe toute fine dans la boîte aux lettres. Le téléphone encore une fois est resté muet. Foutu téléphone (c’est plutôt moi qui suis foutue me direz-vous). J’ai reçu un courrier-type: « Malgré la qualité de votre candidature, et bla et bla et bla ». Je suis certaine qu’ils ont retenu la fille à l’araignée. Les araignées, en effet, s’entendent à merveille avec les dalmatiens. J’aurais du apporter la mienne, d’araignée. Mais elle est restée accrochée au plafond.

En revanche; je n’aurais sûrement pas dû parler de Tisti, mon poisson rouge quand j’avais dix ans. Pleine d’ambition à son égard (école du cirque, enseignement, ambassadeur?). Je lui apprenais les mathématiques. Sans grand succès, je crois, Il n’a jamais été reçu au CAPES.

En remontant de la boîte aux lettres où s’accumulent des courriers tout fins (j’aurais du mettre un autocollant comme les stop pub, vous savez, mais qui indiquerait: stop candidatures refusées), j’ai déposé les courriers dans mon secrétaire. J’ai promené machinalement un regard circulaire, évitant soigneusement mon bureau devant la fenêtre.

Pourtant ça a fini par arriver. Je me suis assise devant l’ordinateur.

Demain j’enverrai de nouvelles candidatures.

FIN

3 commentaires sur “L’entretien (texte bizarre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s