GOROKHOFF, Clarisse, Casse-Gueule

Hier j’ai lu le second roman de Clarisse Gorokhoff, Casse-Gueule, publié en mai dernier.

Afin de ne pas « spoiler » toute l’histoire, je vais être concise. Il y est question d’une jeune femme, Ava, dont les relations avec sa mère sont compliquées; cette dernière, un rien psycho-rigide, place la beauté plastique au-dessus de tout.

Lorsque Ava est agressée en pleine rue, c’est à son visage que l’individu s’en prend: elle en ressort défigurée.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, et contre l’avis de tous, notamment sa mère, Ava refuse la chirurgie esthétique. Elle choisit de vivre telle qu’elle est désormais, et se lance à la recherche de l’homme qui l’a agressée…

C’est un roman très spécial, que j’ai dévoré: on ne le lâche qu’une fois fini. Pas de mièvrerie, pas de misérabilisme. Il est très étonnant. Sur le fil de la fiction. Un dénouement impossible à deviner. Le personnage de Clarisse est complexe; pourquoi ce refus de retrouver un visage lisse et net? Pourquoi part-elle, seule, sans le dénoncer à la police, à la suite de l’homme qui l’a défigurée? Comment s’y prend-t-elle et que découvrira-t-elle?….

« Ava sait ce qu’elle a à faire désormais. Vaincre la mélancolie. Prendre sa vie en main. S’armer d’une douce folie. Etre plus courageuse qu’un soir d’apocalypse. Sourire de traviole car c’est un jour nouveau, et que c’est là que les choses ont lieu. » (p. 55)

Bonne lecture et n’hésitez pas à me donner vos impressions!

Un commentaire sur “GOROKHOFF, Clarisse, Casse-Gueule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s