Marguerite YOURCENAR, « Comment Wang-Fô fut sauvé », in Nouvelles orientales

Je viens de relire une nouvelle de Marguerite Yourcenar intitulée « Comment Wang-Fô fut sauvé ». Il s’agit d’un vieux peintre qui chemine, accompagné de son disciple Ling. Un jour, ils sont arrêtés par des soldats et amenés auprès de l’Empereur. Celui-ci reproche au vieil homme la rare beauté de ses toiles, qui confinent à un réel magnifié, auprès desquelles il a grandi. En effet, le monde lui paraissant alors fade à côté des peintures de Wang-Fô, il a pour dessein de le punir…

Cette nouvelle est courte – c’est le principe de la nouvelle-, je ne vous livre toutefois pas son dénouement, il faut vraiment la lire, elle a un côté merveilleux. Elle est merveilleuse. L’écriture est belle, fluide. Je ne m’en lasse pas. Lorsqu’on la lit, on a l’impression de voir un tableau dont les plans se multiplient à l’infini. C’est juste magique! Bonne lecture!

Nouvelles orientales0002

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s