Le mot du lundi : diapré

Aujourd’hui j’ai choisi un mot que je ne connaissais pas – mais qui me semble bien ordinaire et par conséquent connu de tous… – et que j’ai rencontré dans Maître Puce de E.T.A. HOFFMANN (un conte incroyable fini samedi soir et dont je vous parlerai ultérieurement). Il s’agit du participe passé diapré du verbe diaprer.

Selon le Littré, la définition est « marqué de couleurs diverses ». Le Petit Robert est plus nuancé : « de couleur variée et changeante » ; enfin le Petit Larousse introduit le terme « chatoyant ».

Ce terme vient de l’ancien français « diaspre », qui signifie « drap à fleurs ».

Ce post s’achève sur une citation de MILLEVOIX (1782-1816), découverte sur le site du Littré et que j’estime éminemment poétique :

« Quatre lutins à l’aile diaprée

Sont les coursiers de son char nébuleux »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s