Archives quotidiennes :

Les 5 mots de la presse féminine

Bonjour !

Voici quelques termes rencontrés sur des sites de magazines féminins : control-freak, upcycling, workout, live action et baby boomers nails.

Sur le site du Biba du 4/05 : « Car votre amant est encore plus « control-freak » que vous […] ».

Ce terme qui est un emprunt à la langue anglaise désigne une personne organisée à l’extrême et qui cherche à tout contrôler autour d’elle.

Toujours sur le site de Biba : « La tendance de l’upcycling est, elle, plus récente et commence à faire du bruit jusque dans nos dressings ».

Plus loin, nous apprenons qu’il s’agit de surcyclage, soit une activité « qui consiste à transformer un produit pour lui donner une seconde vie en le détournant de son usage premier ».

J’ai trouvé le terme workout sur le site du Vogue de 4/05 : « Et si on s’offrait une séance de workout vintage avec Cindy Crawford ? »

Il s’agit là de s’entrainer, faire des exercices.

Sur le site du Vogue du 5/05, j’ai relevé le terme live action : « Hercule va être adopté en live action par Disney + ».

Live action est un anglicisme signifiant « prise de vue réelle ».

Enfin, c’est sur le site de Grazia que j’ai découvert le dernier terme, baby boomers nails : « Tendance manucure : les baby boomers nails ».

Dans le domaine de l’esthétique, baby boomers nails s’apparente à la french manucure, mais réinventée. Cette technique de nail art se distingue par des teintes fondues plutôt que le trait blanc franc de la french manucure.

Rapide observation

Les anglicismes foisonnent dans la presse féminine, et encore je ne vous ai pas parlé de make-up, bankable, lifestyle, arty, fashion week, oversize et autres emprunts dont on ne cherche même plus la traduction.

Si je ne suis pas tout à fait (quoiqu’un peu puriste) de ceux ou celles qui fustigent systématiquement le recours à l’anglais, je trouve tout de même certains termes exagérés, et j’irais jusqu’à qualifier des articles totalement ridicules. Certes la langue doit évoluer, car la société elle-même évolue et la langue doit pouvoir rendre compte des réalités successives sémantiquement, mais de là à accumuler les mots anglais jusqu’à friser « l’overdose »… 😉

À suivre…