Archives quotidiennes :

Le mot du lundi : psittacisme

Bonjour !

J’ai choisi de vous parler ce matin du substantif masculin psittacisme.

J’ai retenu les deux définitions proposées par le CNRTL parce qu’elles m’ont semblé les plus complètes. Il s’agit donc :

A. (péjoratif) fait de répéter quelque chose comme un perroquet en raisonnant sans comprendre le sens des mots que l’on utilise ; en particulier, récitation mécanique de mots, de phrases, de notions dont le sens n’a pas été compris ou a été mal assimilé ;

B. c’est aussi, selon le CNRTL mais aussi pour le Petit Robert et le Trésor de la langue française, un trouble du langage en psychopathologie. Il consiste à répéter sans raison ce que l’on a entendu ou lu sans même le comprendre. Ces mêmes sources font également référence au terme « écholalie ».

Ceci me conduit à formuler deux remarques :

  • le verbe psittaciser existe, même s’il est rare. Sans surprise, c’est un verbe intransitif qui signifie « pratiquer le psittacisme, répéter machinalement comme un perroquet, sans réfléchir » ;
  • l’Académie française ne fait référence, dans la version actuelle de son dictionnaire, qu’à l’acception psychopathologique déjà mentionnée (le psittacisme est un trouble du langage) mais souligne toutefois que par extension, « dans un écrit, [il s’agit d’une] reprise, [d’une] répétition de propos, de formules d’autrui ». Cette définition introduit donc une notion complémentaire.

Qu’en est-il dès lors de l’étymologie de psittacisme ?

Il s’agit d’un dérivé savant du latin psittacus, lui-même emprunté du grec psittakos, « perroquet ». Voilà un point facile à retenir !

Passez un bon lundi !