Le mot du lundi: « atermoyer »

Le verbe atermoyer provient de l’ancien français termoier, vendre à perte, différer. Selon le Larousse, il s’agit de remettre les choses à plus tard, de gagner du temps par des faux-fuyants.

Le CNRTL est plus précis: il distingue deux emplois, transitif et intransitif. Dans le premier cas, atermoyer signifie « prolonger les termes d’un paiement, ou encore retarder, renvoyer à plus tard quelque chose ». Dans le second cas, ce terme veut dire « demander ou chercher à obtenir des délais, différer pour gagner du temps ».

Pour ma part, je le retiens grâce à son synonyme, différer.

Passez un bon lundi!

Le mot du lundi: apophtegme #clind’oeilàJeanne

Aujourd’hui j’ai choisi un terme que l’on rencontre rarement, qui m’a été suggéré par Jeanne, une amie du lycée. Il s’agit d’apophtegme.

Ce terme vient du grec apophtegma, qui signifie « précepte, sentence ».

Dans l’Antiquité, c’était une parole, une sentence mémorable exprimée de façon concise et claire.

Synonymes: aphorisme, maxime

Par extension, selon le Trésor de la langue française (atilf.fr), ce terme plutôt péjoratif renvoie à une formule concise sur une sujet considéré comme important par celui qui parle, mais en réalité banal.

 

Le mot du lundi: sérendipité

Aujourd’hui, j’ai choisi le terme sérendipité. C’est, vous savez, quand vous passez du temps sur internet ou dans des bouquins à la recherche d’une info précise, et que votre « flânerie » quasi machinale vous amène à d’autres informations auxquelles vous n’auriez pas pensé, mais qui vous semblent intéressantes. C’est cela la sérendipité. Dans une belle définition de dictionnaire, cela donne: il s’agit de « trouver des informations pertinentes que l’on n’a pas cherchées spécifiquement, mais que l’on a collectées par hasard en parcourant des rayonnages ou des pages web ».

Source: ACCART, Jean-Philippe & VAISSAIRE-AGARD, Clotilde, Les 500 mots métiers, Editions Klog, 2016, p. 127.

Couv mots métiers0002

A noter: ce petit bouquin, l’air de rien, définit des termes relatifs aux bibliothèques, à la documentation, aux archives, aux musées, ce avec la traduction systématique en anglais et en allemand.

Passez un bon lundi!

Le mot du lundi: idoine

Idoine (du latin idoneus qui signifie « approprié, propre à »): selon le Larousse en ligne et le Trésor de la langue française (je vous donne les liens en dessous), il s’agit d’un terme ironique, utilisé par plaisanterie ou/et moquerie. S’il appartenait auparavant au registre soutenu, il relève aujourd’hui du registre familier. Il est défini comme ce « qui convient exactement à la situation ».

Sources: http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/idoine/41459 et http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=2740763970.

Passez une bonne journée!

Le mot du lundi

Une fois n’est pas coutume, il est l’heure de vous confier le mot du lundi. Il s’agit d’un terme utilisé fréquemment en littérature, et surtout au théâtre: l’hypotypose

Hypotypose: n.f., du grec hypotyposis, « esquisse, tableau ». Cette figure de rhétorique est employée pour évoquer une scène si bien décrite qu’elle en paraît vivante, animée. Voir par exemple dans Athalie (Racine), Acte II, scène 5, la première réplique d’Athalie, après celle de Mathan:

« Prêtez-moi l’un et l’autre une oreille attentive.

Je ne veux point ici rappeler le passé,

Ni vous rendre raison du sang que j’ai versé.

Ce que j’ai fait, Abner, j’ai cru devoir le faire.

(…)

Je jouissais en paix du fruit de ma sagesse.

Mais un trouble importun vient depuis quelques jours

De mes prospérités interrompre le cours.

Un songe (Me devrais-je inquiéter d’un songe?)

Entretient dans mon cœur un chagrin qui le ronge.

Je l’évite partout, partout il me poursuit.

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit.

Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée,

Comme au jour de sa mort pompeusement parée.

Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté.

Même elle avait encor cet éclat emprunté,

Dont elle eut soin de peindre et d’orner son visage,

Pour réparer des ans l’irréparable outrage.

Tremble m’a-t-elle dit, fille digne de moi.

Le cruel Dieu des Juifs l’emporte aussi sur toi.

Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,

Ma fille. En achevant ces mots épouvantables,

Son Ombre vers mon lit a paru se baisser.

Et moi, je lui tendais les mains pour l’embrasser.

Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange

D’os et de chairs meurtris, et traînés dans la fange,

Des lambeaux pleins de sang, et des membres affreux,

Que des chiens dévorants se disputaient entre eux. »

Athalie0002

Bonne soirée!

Le mot du lundi: aporie

Aujourd’hui j’ai choisi le terme « aporie« . Je découvre sa signification en même temps que vous puisque j’ai longtemps pensé qu’il voulait simplement dire « difficulté »: acception un peu trop large!

Aporie vient du grec aporia, qui signifie « embarras, difficulté ». Il s’agit précisément d’une « contradiction insoluble dans un raisonnement » (source: TLFi).

Passez un bon lundi!