Archives pour la catégorie Petit point

Petit point d'orthographe

Vous hésitez toujours lorsque vous voulez écrire « balade »/ »ballade » : un « l » ou deux « l » ?

Comme vous, je me suis souvent interrogée. Jusqu’à ma rencontre avec le Lexique des termes littéraires (JARRETY, sous la dir. de, Libraire Générale Française, 2001).

Alors retenez que « ballade » vient de « baller », qui signifie danser. Il s’agit initialement d’un genre poétique du Moyen-Âge, « né de la chanson à refrain ».

À ne pas confondre avec son homonyme, « balade », qui signifie « promenade ».

Bonne journée et écoutez des ballades à défaut de pouvoir vous balader…

Pluralia tantum

Bonjour, bonjour !

Savez-vous ce que signifient ces termes latins ? (Attendez, je dégaine mon Gaffiot). Cette expression signifie littéralement « au pluriel uniquement ». Pour aller plus loin dans votre réflexion, voici un lien très qualitatif :

Lammert Marie, « Les pluralia tantum sous l’angle du collectif », Langue française, 2015/1 (n° 185), p. 73-84. DOI : 10.3917/lf.185.0073. URL : https://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2015-1-page-73.htm

Pluralia tantum, vous l’avez compris, mais il n’est jamais superflu de répéter (relire BOILEAU au passage, notamment la partie relative à l’ouvrage sur le métier), regroupe ainsi des mots dont la seule existence est au pluriel.

Citons par exemple : les alentours, les représailles, les funérailles…

Je ne puis que vous enjoindre à profiter du confinement pour vous abonner à mon blog et à « liker » mes articles hyper pertinents et pointus ;).

Sur ce, prenez soin de vous, restez chez vous !

Petit point d’orthographe

Le nom commun « délice » est masculin au singulier (un délice) mais féminin au pluriel (de grandes délices).
Mais ce n’est pas tout, après « un de », « un des » et « le plus grand des », il reste masculin (le plus grand des délices).
Ils sont plusieurs dans ce cas : « amour » et « orgue » fonctionnent de la même manière.

Bon dimanche !

Le bon mot

Chaque matin je passe devant l’école au moment de la récré pour aller acheter mes hebdos et des tickets de bus à la presse ; j’en profite pour consulter le programme de ciné.

Vous voyez à quoi je fais référence ?

Je n’ai pas parlé de récréation, mais de récré. Pareil pour l’autobus, j’ai employé le mot bus. Même chose pour hebdos et ciné.

J’ai tout simplement pratiqué l’apocope et l’aphérèse.

Selon le Cnrtl, l’apocope consiste à couper la fin d’un mot, soit :

  • par chute phonétique d’un élément ;
  • par abrègement littéraire, par exemple « cinéma » pour « cinématographe ».

Employer une aphérèse, c’est retrancher une lettre ou une syllabe au commencement d’un mot.

Je vous invite à lire l’article de Frédéric Vitoux, de l’Académie française, qui est disponible à l’adresse : http://www.academie-francaise.fr/apocope-vous-avez-dit-apocope-0

Bonne journée !