Souvenir fugace

Souviens-toi

C’est si loin maintenant et pourtant

Tes mots me suivent et me poursuivent.

Souviens-toi, Paris, Lisbonne, notre complicité, nous dégustions nos glaces, nous rêvions du Hilton, nous lorgnons les palaces…

Souviens-toi les suites pour violoncelle de Bach que j’écoutais en boucle et que tu adorais, et puis que tu aimais, et que tu aimais moins, et finalement que tu ne pouvais plus supporter…

Souviens-toi nos virées aux Galeries Lafayette, notre shopping effréné, il fallait bien s’habiller pour les premiers entretiens

Costume cravate tailleur souliers vernis

Je me mirais dedans et je te rejoignais

Parmi les portants croulant sous les vêtements griffés

Et puis un jour le premier emploi les débuts difficiles

Souviens-toi l’amertume et puis l’éloignement

Et moi qui m’en allais

Je m’effaçais

Et moi qui t’attendais

Et moi qui te perdais

Car tout s’étiole, tout fuit, tout vole.

Souviens-toi.